irc:\>belgique@DALnet\News_
Les petits potins du canal, les news et les bons plans en Belgique... pages: 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  

Elections fédérales - l'après 

El-darth, le 2007-06-15 - commentaires (0)
Les élections fédérales passées, arrive le temps de la formation du gouvernement. Durant cette période, le gouvernemen actuel (le gouvernement Verhofstadt II) vit ses dernières semaines. La Belgique étant un royaume, la formation du gouvernement est très "protocolaire" et suivie de très près par le Roi.
La formation d'un nouveau gouvernement se fait en plusieur phases et dure généralement plusieur mois:

- Les audiences du Roi: au vu des résultats des élections, le Roi reçoit en audience les présidents des partis ayant fait le plus de voix. Lors de ces audiences rien ne filtre hors du palais. Ces entrevues sont top secrètes. Elles ont pour but de nommer un informateur.

- L'informateur: suite aux audiences, le Roi nomme son "informateur". Le rôle de l'informateur est crucial, il doit rendre au Roi un rapport reprenant le poul de la Belgique, les coalitions possibles entre partis, les objectifs que devrait atteindre le prochain gouvernement, les attentes de la population, des entreprises etc... Pour mener à bien cette mission, l'informateur reçoit plusieur personalités du monde politique, des entreprises etc... Son travail effectué, il rend son rapport au Roi qui après l'avoir consulté et après réflexion, désigne un "formateur".

- Le formateur: est nommé par le roi et à pour rôle de former le nouveau gouvernement en fonction du rapport rendu par l'informateur. Il met pour cela autour de la table différents partis afin de créer une coalition qui pourra monter au parlement Fédéral. Le formateur devient bien souvent le 1er ministre. Lors de cette étape, de lourdes négociations se déroulent entre les deux grandes communautés du pays afin de trouver un nouvel accord gouvernemental. C'est d'ailleurs lors de ces négociations que se jouent les réformes constitutionelles si chères aux flamands. Cette étape est cruciale et peut très bien ne jamais aboutir si les différentes parties ne tombent pas d'accord. Si c'était le cas, le pays se trouverait dans une crise institutionelle majeure. Le pays ne pouvant rester en "affaires courantes" indéfiniment, l'électeur pourait être appelé de nouveau aux urnes ou scénario catastrophe: la fin du pays.

-La confiance du parlement: le gouvernement formé, il doit se présenter devant la Chambre des représentants de Belgique ou les députés fraichement élus, doivent donner leur "confiance" au nouveau gouvernement proposé par le formateur. La confiance une fois accordée, la nouvelle Législature commence. Dans le cas contraire, le Roi doit nommer un nouvel informateur et le cycle recommence.

Fédérales 2007 

El-darth, le 2007-06-02 - commentaires (0)
Dimanche prochain, c'est à dire le dimanche 10 juin, le belge exercera son droit (ou plutôt obligation) de voter aux élections fédérales.

"Pour quoi on va voter cette fois ci?" C'est la question habituelle que se pose le belge. Vu le nombre scrutins en Belgique il y a de quoi s'y perdre. On a voté en 2003, en 2004, en 2006, on va voter en 2007, en 2009, en 2011, en 2012, etc... Ce 10 juin l'électeur va donc participer aux élections législatives (fédérales) qui se déroulent tous les 4 ans et grâce auxquelles il choisira ses représentants à la Chambre et au Sénat, soit 150 députés et 40 sénateurs.

Petit rappel: le gouvernement fédéral est compétent en Belgique pour tout, sauf, pour les compétences attribuées aux régions, communautés, provinces et communes. C'est à dire concernant les domaines d'intérêt général: la justice, la sécurité routière, la sécurité sociale, l'armée, l'immigration, l'emploi, les transports (SNCB et aérien), les télécommunications, l'énergie, la police, politique étrangère et 95% de la fiscalité. Les communautés sont compétentes concernant les matières relatives à la culture (l'enseignement, les bibliothèques, les théâtre et l'audiovisuel,...) Les régions s'occupent des problèmes territoriaux et économiques pour la région qui les concerne (transports, plan d'aménagement du territoire...). Communautés et Régions maîtrisent, en outre, les relations internationales relevant des matières de leur compétence, à l'exception de l'aide au tiers-monde dans ces domaines. Ces compétences sont coulées dans la constitution mais peuvent être remaniées lors de chaque nouvelle législature. On parle alors de défédéralisation ou refédéralisation d'une compétence. Cependant il arrive très régulièrement que Fédéral et Régions se renvoie la patate chaude en prétextant que tel ou tel problème n'est pas de sa compétence. C'est alors à la Cour d'Abitrage de trancher.

Les compétences de la Région wallonne, de la Région Bruxelles-Capitale, de la Région flamande, de la Communauté française et de la Communauté germanophone sont des compétences exclusives (sans possibilité d'intervention de l'État fédéral), qui s'exercent donc (pratiquement) sans veto possible de sa part. Cela en raison du principe rarement appliqué dans les autres Etats fédéraux dans le monde (ou rarement appliqué de manière aussi stricte) de l'équipollence des normes. Ceci en fait un fédéralisme unique au monde.

La Chambre et le Sénat n'ont pas des pouvoirs équivalents. Avant 1993, un projet ou une proposition de loi devait être adoptée par les deux assemblées. C'était le temps du bicaméralisme. Depuis 1993, ce n'est plus le cas. La chambre a le dessus et les lois qui y sont votées ne doivent pas nécessairement être validées par le Sénat (sauf les lois "spéciales" comme la réforme de l'Etat ou la majorité des 2/3 est d'ailleurs appliquée).

New Beat 

El-darth, le 2007-02-17 - commentaires (2)

Le New Beat est un genre de musique électronique né en Belgique à la fin des années 80 et précurseur de la techno. La Belgique a d'ailleurs longtemps été considérée comme pionière de la scène électronique.

Ce nouveau genre musical est né en 1988 alors que l'EBM (Electronic Body Music) fait fureur à Bruxelles et que la House de Detroit et l'Acid house anglaise commencent à débarquer sur le continent. La légende veut que ce nouveau genre est né par accident dans le club "Boccaccio" a Destelbergen , lorsque le DJ Marc Grouls passe par erreur le morceau "Flesh" de "A Split Second" à 33 tours au lieu de 45. Le public apprécia ce nouveau rythme et les DJs ont continué à passer les titres au ralenti. Le croisement de ce rythme ralenti avec les influences du moment donne naissance au New Beat; une musique de club naïve, colorée et enthousiate bourrée de gimmiks et de slogans ecstasy ou aciiiiiid criés sur des rythmes minimalistes. Le "smiley" jaune, emblème du mouvement, fleurit partout.

Les deux plus grands clubs faisant trembler leurs murs sous le son de ce nouveau style musical étaient le "Boccaccio" a Destelbergen et "L'ancienne Belgique" à Bruxelles. De nombreux clubbeurs des pays voisins et même d'Angleterre se pressent aux portes des clubs belges pour écouter ce nouveau style révolutionnaire. C' est un véritable raz de marée qui déferle sur toute l'Europe.

Parmis les géants belges de la New Beat on retiendra le groupe "Confetti's". Ce groupe né avec le New Beat en 1988 était composé du chanteur principal "Peter" et de ses quatre danseuses. Ce groupe vient tout droit du club Confetti's situé à Brasschaat, près d’Anvers. Leur titre le plus connu est "The sound of C", puis suivi "C in china " etc.. Ils atteignent même la 5ème place du TOP en 1990 avec C DAY. Leur exemple a été suivi par de nombreux autres projets. Ce groupe mythique qui fut le plus digne représentant du New Beat belge dans le monde, disparaitra en 1993 suite à une brouille avec leur producteur.
L'homme politique belge Paul Vanden Boeynants, fut une des "victime" de la New Beat. Lors d'une conférence de presse donnée suite à son enlèvement, des centaines de samples tels que "Qui?" ou encore "Qui m'a enlevé" sont utilisés dans de nombreux morceaux tels que "Qui?" de "B.S.R"

Durant deux ans, la Belgique grâce a son New Beat était "the place to be" et respectée internationalement. Deux ans apres lesquels, le New Beat a tout doucement été remplacé par de nouvelles modes. Le genre a en fait été victime de son propre succès suite à sa sur-exposition. Tout le monde voulait tirer profit du mouvement et on assiste à l'apparition de titres mal ficelés et de qualité beaucoup plus médiocre. Des grandes compagnies ventaient leurs enregistreurs à casettes "enregistrez vos tubes New Beat favoris". Après un certain temps, le public a décidé qu'il en avait vu assez et ce fut le début de la fin. Etant de plus en plus influencé par la techno et la house, le New Beat a donné naissance à l'Eurodance qui a vu apparaitre des groupes tels que 2Unlimited, Capella, etc... Avant l'arrivée du New Beat, très peu de gens écoutaient ou dansaient sur de la musique électronique. Ce mouvement a permis de faire découvrir et d'ouvrir les gens à la musique électronique et a encore une réelle influence sur les soirées actuelles. La Belgique et son "New Beat", genre éphèmère, ont joué un role incontournable dans le développement de la musique électronique.

Confetti's - The Sound of C
Confetti's - C in China

Les Carnavals 

El-darth, le 2007-01-28 - commentaires (0)

A peine, les fêtes de fin d'années passées que se profile à l'horizon pour beaucoup de villes Belges une nouvelle fête: le Carnaval!
Le carnaval est bien généralement lié à la fête chrétienne du Mardi Gras. Les carnavals sont un type de fête relativement répandu en Europe et en Amérique du Sud.
On fait dériver le mot Carnaval de carn (pour caro, chair) et avaler, parce que l'on mange beaucoup de chair pendant le Carnaval pour se dédommager de l'abstinence imposée pendant le Carême ; d'autres, avec plus de raison, font venir ce mot de caro vale, c'est-à-dire, adieu la chair.
Durant cette période, les habitants ou un Carnaval est organisé sortent déguisés et se retrouvent pour chanter et danser en rue au son de fanfares. Le point d'orgue de cette fête consiste en un cortège composé de chars et fanfares.

Nous allons vous parler du carnaval le plus célèbre Belgique, le Carnaval de Binche avec ses célèbres "Gilles". Ce carnaval est reconnu par l'UNESCO comme faisant partie du patrimoine mondial en tant que chef-d'œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité.

Les festivités se déroulent en deux parties : le carnaval proprement dit et l'avant-carnaval, temps des « soumonces ». Le carnaval commence 49 jours avant Pâques et les soumonces six semaines avant les trois « jours gras ». Le carnaval « de type binchois » se célèbre dans toute la Région du Centre, mais c'est à Binche qu'il demeure le plus codifié et le plus traditionnel. Les personnages principaux en sont les Gilles, qui dansent au son des airs traditionnels du carnaval, sons qui sont joués par une petite fanfare composée de cuivres, de tambours et d'une grosse caisse.
L'avant-carnaval, les soumonces:
* Premières répétitions en batterie: Le sixième et cinquième dimanche avant le carnaval, les sociétés (groupements de Gilles ou bien des sociétés de fantaisie) se retrouvent en début de soirée et sortent, sans costume, dans les rues de Binche au son des tambours.
* Soumonces en batterie: Le quatrième et troisième dimanche avant le carnaval, les sociétés dansent dans les rues de Binche, toujours au son des tambours. Chaque membre de société est chausssé de sabots de bois, porte l' « apertintaille » (ceinture de grelots), le « ramon » à la main.
* Soumonces en musique: Les deux dimanches précédant le carnaval, les instruments de cuivre font leur apparition et se mêlent au son des tambours pour jouer successivement les vingt-six airs traditionnels du carnaval. Les membres de sociétés de Gilles et des sociétés de fantaisie portent en cette occasion leur costume du Dimanche gras de l'année précédente.
* Les trouilles de nouilles: Le lundi, six jours avant le carnaval, les habitants de Binche et de la région peuvent se promener en ville déguisés. Au cours de cette mascarade, la tradition veut qu'un travesti se mette à la recherche de connaissances et les « intrigue » tant qu'elles n'ont pas deviné qui se cache sous le masque. Si elles trouvent, le malheureux devra leur payer un verre mais si elles ne parviennent pas à le « démasquer », elles s'avouent vaincues et offrent le verre de l'amitié !

Le Carnaval
* Le Dimanche gras: Premier jour du carnaval. Les membres des sociétés de Gilles, et de fantaisies déambulent, leur costume enfin dévoilé au public, dans les rues de Binche au rythme des tambours ou de celui de la « viole » (orgue de Barbarie) ; les cuivres et tambours les rejoignent l'après-midi pour le cortège. Les costumes sont de diverses inspirations (animaux, personnages stéréotypés...). Vers 15h, les différentes sociétés se reconstituent aux environs de la gare où débute le cortège : au rythme des vingt-six airs du Carnaval.
* Le Lundi gras: Appelé aussi « jours des enfants » car beaucoup d'entres-eux sont présents dans les cortèges. Les membres des sociétés de Gilles et de fantaisie et leurs amis se retrouvent le matin dans les rues pour danser au son de la « viole » (orgue de barbarie), tandis que, dans la plupart des cafés de la ville, le tout-Binche se réunit pour les « batailles de confetti ». L'après-midi, après être sortis « en musique », en arpentant de nouveau les rues de la ville.
* Le Mardi gras: C'est l'apogée du carnaval. Pour de nombreux Binchois, cette journée est la meilleure de l'année. Tout commence dès l'aube (vers 4 heures du matin) avec le ramassage. Au son de l'Aubade matinale (air de pipeau), les Gilles se rendent les uns chez les autres pour se rassembler. Ils s'accueillent mutuellement avec une coupe de champagne. En fin de matinée, Gilles, Paysans, Pierrots et Arlequins se dirigent vers la Grand-Place pour accomplir le rondeau matinal après avoir revêtu un masque de cire, unique que seul le Gille et le Paysan de Binche porte, qui symbolise l'égalité de tous. Après quelques danses sur les pavés et un passage au local attitré, le Gille rentre chez lui, toujours accompagné d'un tamboureur, afin de prendre un bon repas et du repos. Vers 15 ou 16 heures, les sociétés se reforment. Au son des airs du carnaval, ils se réunissent pour participer au cortège qui les emmènera de la statue du « Paysan » (lieu-dit Battignies) à la Grand-Place. Pendant ce cortège, où certains Gilles portent un chapeau de plumes d'autruche, des « oranges de Gille » (petites oranges sanguines) sont offertes à la foule. Les groupes continuent de déambuler dans les rues de la ville jusqu'au soir (vers 21 heures). Toutes les sociétés sont alors réunies pour le rondeau final sur la place. À la lumière des feux de bengale, les ombres se projettent sur les murs de l'hôtel de ville, qui bientôt s'illuminera des lueurs du feu d'artifice grandiose. Les festivités s'achèvent alors avec l'embrasement de la devise de la ville, « PLVS OVLTRE ». Dans la ville, le cœur des Gilles continuera à battre au rythme des tambours mais les batteries doivent s'arrêter de jouer avant le lever du soleil, le matin du Mercredi des Cendres.

Infos Carnaval Binchois http://www.carnavaldebinche.be/

Nuit de la Saint Sylvestre 

El-darth, le 2006-12-31 - commentaires (0)

Toute l'équipe de #Belgique vous souhaite un bon réveillon 2007! Que le champagne coule à flots et que la fête soit au rendez-vous! Impossible de ne savoir que faire lors de cette folle nuit; de nombreuses soirées sont organisées au quatre coins du pays.

Et au risque de paraître vieux jeu: "C'est la fête quand Bob conduit"
Si vous ne vous sentez pas capable de reprendre le volant suite à votre folle nuit, les opérations "Noctambus" sont toujours d'actualité pour le TEC Liège ainsi que "Réseau Réveillon 2007" pour la STIB à Bruxelles. C'est gratuit, abusez-en! Au sinon, il y a toujours les célèbres Responsible Young Driver pour raccompagner.

Bon réveillon à tous et Bonne Année 2007!

pages: 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  
© 2011 darth_maul