irc:\>belgique@DALnet\News_Commentaire_

La belgitude

El-darth posté le 2006-10-21

Le terme "belgitude" recouvre en quelque sorte, avec le sens aigu de l'autodérision qui caractérise les Belges, l'étendue de leur interrogation identitaire.

L'identité belge apparaît comme une identité « en creux » : elle se définit surtout par tout ce qu'elle n'est pas. Le Belge n'est ni Français, ni Néerlandais, ni Allemand, tout en étant un peu de tout cela : ancien sujet des Habsbourg d'Espagne puis d'Autriche, ancien citoyen de la République française, puis du Premier Empire, Néerlandais après le Congrès de Vienne, enfin devenu indépendant à la faveur d'un consentement paternel des grandes puissances.

A l'intérieur du pays même, le Belge se définit par ailleurs généralement par d'autres appartenances : ville ou région historique (histoire communale séculaire), et langue.

Malgré cette identité complexe, ou ce manque d'identité, l'histoire de la Belgique est prestigieuse : Puissance économique passée (deuxième puissance économique mondiale en 1850), Godefroy de Bouillon, éloge de Jules César, Charlemagne, destins individuels (Jean-Claude Van Damme, Hergé, etc), ...

Le concept de belgitude exprimerait la difficulté du Belge à se définir comme tel.

En art et littérature, la belgitude sera donc exprimée par un culte quasi-immodéré du surréalisme. Tandis qu'au niveau de la vie de tous les jours, elle s'exprimera au contraire par rejet viscéral de tout ce qui transcende la normalité.


*Ajouter un commentaire:



 
© 2011 darth_maul